Liane Ströbel

Analyse contrastive des mécanismes sémantiques entre le concept de source et ses domaines cibles potentiels

Folgendes Forschungsprojekt wird im Mai auf der Konferenz der französischen kognitiven Gesellschaft in Grenoble vorgestellt:

Analyse contrastive des mécanismes sémantiques entre le concept de source et ses domaines cibles potentiels

(Liane Ströbel)

L’objectif principal de cette approche sémantico-cognitive est de montrer l’influence prédominante du concept de source (approche diachronique) dans les emplois synchroniques d’un verbe. Souvent considéré comme élément pivot dans le processus de composition sémantique, imposant certaines contraintes au reste de l’énoncé, le verbe présente un intérêt particulier pour le linguiste. L’analyse de la polysémie verbale implique l’élaboration d’une hiérarchie des concepts de source (Lakoff, 1987 : 267) et d’une cartographie des schèmes sémantico-cognitifs associés (François, 2007, 2010; Desclés & Guentcheva, 2005; Haspelmath 2003; van der Auwera 2008). Une telle analyse suivra donc un double objectif: d’une part, sur le plan linguistique, celui d’illustrer les différentes interprétations de destination (domaine cible) d’un seul concept de source, et d’autre part, sur le plan cognitif, celui de mieux faire comprendre les mécanismes et paramètres de la relation entre le concept de source et les interprétations qui en d’écoulent.

L’analyse de plus de 2000 verbes de la banque de données de Dubois & Dubois-Charlier (1997) a révélé que la plupart des verbes ne se basent que sur trois catégories prédominantes de concepts de source, à savoir “ Embodiment ”, “ Environnement ” et “Dimensions”. En d’autres termes, la polysémie synchronique se fonde sur les articulations de la conceptualisation des grands ordres cognitifs (similaire aux “ image schemas ”, Langacker, 2008 ; Gibbs, 2005) avec pour centre l’être humain, son environnement avec les instruments qu’il utilise et des dimension pour décrire ces derniers. Ces trois domaines capitaux contiennent de multiples sous-catégories individuelles et communes qui sont composées des expériences et des associations liées à ces entités (p.ex. [location], [contact], [orientation], [direction], [forme], [extension], [point final], [vitesse], [manière], etc.).

Étant donné que la complexité de ce modèle ou de la hiérarchie des concepts de source ne peut pas être illustrée dans sa totalité, nous esquisserons au moins les relations complexes entre un concept de source précis et les interprétations qui en résultent (domaine cible) en nous concentrant sur les verbes, indiquant un changement de valeur (interprétation intensionelle; Aurnague, 2008; Emirkanian, 2008 et Yune, 2009).

Notre approche diachronique, qui souligne l’influence du concept de source dans les emplois synchroniques d’un verbe, a) aboutit à l’établissement d’une carte d’identité de ces verbes qui nous donne un aperçu de la complexité du modèle des concepts de source, et b) nous aide à expliquer les différences dans l’emploi d’un verbe et de ses équivalents dans d’autres langues.

Pour conclure, l’avantage de l’intégration du concept de source (approche diachronique) à l’analyse d’un verbe réside dans l’association du verbe à une image qui permet une meilleure conceptualisation de la structure de ce verbe et de ses différents emplois et restrictions sur l’axe synchronique.

Keywords: mécanismes sémantiques, concept de source, domaines cibles

Kommentare sind geschlossen.