Liane Ströbel

Le pouvoir du bleu (Rieger/Ströbel)

Appel à communication – Frankoromanistentag 2020, Wien

Aucune autre couleur ne (re)présente une telle diversité d’utilisation. Aucune autre n’éveille autant d’associations ni ne permet des niveaux d’interprétation aussi différents.

D’un point de vue diachronique, nous nous interrogerons sur l’évolution du bleu – introduit tardivement dans la langue française comme emprunt au bas francique blāo – du Moyen Âge à nos jours et sur son pouvoir actuel. Notre cheminement nous mènera du bleu royal au bleu de l’Europe.

Au plan synchronique, nous analyserons le vaste champ associatif lié à cette couleur, en partant des collocations, des expressions idiomatiques et des locutions, à travers son rôle dans la publicité, le marketing, le cinéma et l’art du XXIe jusqu’à sa fonction de symbole comme maillot national de l’équipe de France ou drapeau européen.

Au niveau diatopique, le bleu couleur de la mer désigne non seulement un espace profondément symbolique, mais aussi un carrefour culturel et linguistique, celui de la Côte d’Azur, avec les peintres impressionnistes d’abord, les exilés des guerres ensuite, puis les fans du cinéma qui se sont rencontrés dans cet enclave de plusieurs langues romanes avec leurs variétés dialectiques.

Face à ces diverses apparentés ou facettes, il est légitime de s’interroger : comment d’une part le bleu est-il arrivé à devenir le logo de l’entreprise Europe ? Et quel est d’autre part son pouvoir d’intégration ? Ces questions nous amènent à formuler l’hypothèse suivante : Les couleurs et leur symbolisme sont liés aux civilisations et à leurs identités culturelles. Et le bleu y a des valeurs certaines ainsi qu’un pouvoir particulier. Est-ce ce pouvoir du bleu qui contribuera à unir l’Europe ? Comment et pourquoi ? Notre approche interdisciplinaire a pour but de mettre l’accent sur les points de vue culturel, linguistique, littéraire et artistique à propos de cette couleur qui a fini par être sélectionnée pour représenter l’idée et l’union européennes.

Nous faisons donc appel à des linguistes, des littéraires, des historiens et historiens de l’art dans le dessein de contribuer par leurs réflexions générales ou ponctuelles à une meilleure connaissance du bleu au carrefour des idées et pour répondre donc à ces diverses questions.

Kommentare sind geschlossen.